Ecriture·Les bonnes adresses·Voyage voyage

Islande jour 8, 9, 10 : Balade au sud !

Je vous fais ici une petite redif’ de nos dix jours en Islande. Nous y sommes allés du 15 au 26 août pour notre lune de miel. Je racontais nos aventures jours après jour sur instagram, les textes sont donc un peu brut de décoffrage. J’y ajouter des photos et vous pouvez retrouver les noms des lieux visités et les adresses en fin d’article. 

[Islande jour 7] J’ai toujours su que tu avais quelque chose de Chuk Palaniuk.

Le jour 7 est un jour de route. Holala, holala ! Nous voilà à traverser le pays par le centre. On quitte la Ring Road et on prend les routes F.

Les aventuriers en carton que nous sommes, décidons de prendre la F35 qui est la route plus sûre et la plus directe pour traverser l’Islande du Nord au Sud.

Sur les 11h, nous quittons notre parfait petit appart’ du côté d’Akureyri. C’est un peu dur de dire au revoir au coin. On y a passé de tellement bons moments. Et l’endroit nous a tellement plu. Et puis on ne sait pas ce qui nous attend dans le sud : on vient de lire qu’il n’y avait pas de douche sur place.

On prend la route et au bout de quelques kilomètres, nous trouvons la F35. Le changement se fait en douceur mais devient vite radicale ! Bientôt, il n’y a plus de barrière et la F35 se transforme en route gravillonnée puis en piste poussiéreuse.

20190822_185223

Ça gigote pas mal et on est souvent seuls, hors mis les moutons qui ne se gênent pas pour lécher les cailloux au milieu de la route. On a trouvé la combine : si le passage des voitures ne les effraie pas, ralentir et s’arrêter les faits détaler. Pas si bête que ça les jolis laineux 😉

On fait un stop pour déjeuner devant un superbe paysage où a été installée une table de pique-nique. On est seule un bon moment face aux plaines d’herbes rases et aux montagnes. Nos petits sandwichs sont bien bons et on a du thé chaud. La voiture nous protège du grand vent. On est bien. On finit par avoir de la compagnie. C’est parfait, il est temps de reprendre la route.

20190822_134827

Un peu plus loin on s’aventure sur une piste de pêcheurs. Houlala, c’est interdit mais on ne va pas très loin. Juste le temps de prendre quelques photos au bord de l’eau et de discuter avec les moutons. On remonte tout content de nous.

20190822_150828

On fait un stop à Hveravellir. Une zone géothermique qui se trouve tout au centre du pays. On s’acquitte des 500 ISK (3€50) pour aller se plonger dans le bassin installé ici. L’endroit est vraiment très joli et paisible. Quelques personnes campent dans le champ à côté du charmant baraquement. Il faut enlever ses chaussures pour entrer dans le petit restaurant qui sent bon la cuisine des familles.  Le tenancier a des airs de hippie propret. Il nous indique le bassin et avant de sortir, nous précise « no rules ». On ne sait toujours pas s’il nous autorise à courir autour du bassin, à y boire une bière ou à nous y baigner tout nu… Comme c’est pas dans l’air du pays, on enfile nos maillots.

20190822_161431

L’un des tuyaux indique 80 à 100°. C’est celui qui vient de la zone qui fume derrière nous u.u L’eau oscille entre un bon 30 à 40°. On retrouve cette sensation d’eau vivante avec sa couleur bleu pâle. Le bassin de cailloux est bordé par un petit torrent fumant. Devant nous on dirait les landes écossaises. On a même la surprise de voir débarquer des moutons. Le coin est vraiment paisible. On est tout seul. On profite.

20190822_162505

Après nous, une bande de cinq copains trempe en discutant à voix basse, rejoint par un couple et une famille. On se dit qu’on a eu bien de la chance d’arriver avant tout ce petit monde. On fait le tour des mini geysers et autres phénomènes géothermiques et on reprend la voiture tout content.

Pas très loin on traverse un torrent ! Bon… un petit cours d’eau… ok… une flaque laissée par un petit cours d’eau. C’est rigolo alors je filme.

On entre ensuite dans la partie lunaire du paysage. Celle où l’équipe d’Apollo 13 s’est entraînée. Même les moutons finissent par nous fausser compagnie. Je demande beaucoup au Professeur de s’arrêter pour essayer de capter ces paysages. Mais devant mon objectifs, j’ai l’impression que sa beauté s’évanouit en tas de sable un peu plat. Rien ne peut transcrire le calme du lieu et les chaussures qui s’enfoncent dans le sol comme si on était les premiers à marcher là. C’est la lune. C’est mars. Et pourtant on respire.

20190822_152508.jpg

La dernière partie du périple secoue ! Je reprends la lecture de Good Omens mais je crie plutôt que je ne lis les aventures de la myriade de personnages de Terry Pratchett et Neil Gaiman. On fait un dernier stop devant la vallée de glace qui apparaît devant nous. J’ai une grosse pensée pour l’Okjökull déclaré disparu le 19 août dernier.

Et puis l’eau réapparaît et les moutons avec. La piste redevient gravier et nous retrouvons la route goudronnée. La voiture se fait silencieuse. L’inquisition a un nouvel élément, Adam pense que les maîtres d’Atlantide les écoutent et Aziraphale a laissé moisir sa tasse de chocolat. (Good Omens)

Nous jouons à un véritable jeu de piste pour trouver notre cabane dans la forêt à coup de noms de lieu-dit et de coordonnées géographiques. L’endroit est merveilleux. Notre hôte nous a fait couler un hot tub de bienvenue et il y a une douche au sous-sol à notre disposition. Oh le joli petit paradis.

20190822_202908

[Islande jour 8] Ça sent le souffre.

 Journée de repos ! Il faut dire que Le Professeur est seul à conduire alors ça tire un peu après la journée d’hier. Vous imaginez ma bonne humeur à l’idée de ne pas bouger (Ahah. Non.) mais je n’ai qu’à m’en prendre qu’à moi-même hein u.u

On se lève tard. On fait une machine parce qu’on a plus de culottes propres. Notre très gentille hôte me montre comment mettre en marche le hot tub toute seule. Je lui pose des questions sur l’eau. Elle me dit que ce n’est pas un soucis mais que quand même ils font attention à l’eau rapport à la pluie plus rare cette année et que ça consomme comme une vache de l’espace qui croiserait de l’eau tous les 100 ans… Je pensais que l’eau était en circuit fermé sur le bouzin – pauvre petite innocente que je suis – ça me soigne carrément de le remplir…

Pour me consoler, Le Professeur propose de faire une mission cartes postales ! Yes ! En milieu d’aprem, on file au cœur de Fludir ( La métropole du coin : 419 habitants, une supérette, une église, une cave). On s’arrête au petit super-marché paysan pour acheter des produits locaux. Ils ont des serres où poussent tomates cerises, fraises et différentes sortes de choux. On achète aussi un beau morceau de bœuf à mettre sur le barbecue.

20190823_205303

On file à Geysir pas loin pour attraper mon poids en carte postale et on rentre dans notre petite cabane remplir tout ça et faire des crêpes. Dehors, il pleut un peu. On vaque à nos petites affaires. Je boude moins la journée.

En soirée on allume le monstrueux barbecue à gaz et on débouche (le grand luxe) une bouteille de vin français. Le bœuf est vraiment bon et on fait aussi cuire des grosses tranches de courgettes.

On finit la soirée par un peu de lecture. Les quatre cavaliers de l’Apocalypse sont en route. (Good Omens).

[Islande jour 9] C’est la courbure de la terre.

Le réveil sonne à 8h ! Ça pique un peu mais je me fais pas prier pour me lever. Aujourd’hui c’est notre dernier jour de grande aventure. On a préparé tout un périple le plus à l’Est que l’on puisse.

On est prêt pour la pluie mais sur la route le soleil se lève !

On essaie de faire de l’essence mais ma carte, pourtant dodue cette fois, est bloquée (Oui… On est fâché avec les cartes de crédit…). Alors on remplit le réservoir avec notre bidon de secours. On galère un max ! Le bec-verseur refuse de bec-verser. Le Professeur essaie. J’essaie à mon tour. Je démonte et remonte le bazar. Impossible de le débloquer. Il est tôt. Un samedi matin. Personne pour nous expliquer ce que l’on manque. Le Professeur a soudain une idée : on va utiliser un de mes pisses-debout. Victoire ! On vide notre bidon.

Sur la route, agacée, j’appelle ma banque qui la dernière fois, pour le même soucis, m’avait envoyé bouler. Je tombe sur une dame très gentille à qui j’explique que je suis dans la pampa en Islande, que je ne peux pas bouger mon plafond scrogneugneu et qu’on va manquer d’essence (et mourir madame ! MOURIR !). Pas de soucis. Elle s’occupe de tout. Merci. Bonsoir. Des fois, je suis con à pas juste décrocher mon téléphone…

On finit notre plein dans une station essence rigolote, tenue par une famille où la signalétique est ponctuée de mots à l’humour grinçant. J’aime. La dame ouvre de grands yeux quand je lui annonce le nombre de timbres dont j’ai besoin. Elle en a… 5. C’est bien déjà 5. On reprend la route avec notre plein et 5 timbres.

Sur la route il y a plein de petites cascades et c’est très très vert. Encore de jolis paysages plein de moutons et de ces chevaux tout petit.

Direction les petites fermes de Keldur. Notre premier arrêt. On y découvre les petites maisons enfoncées dans la colline, restant de l’ancienne ferme qui borde la nouvelle, la majestueuse église – même si Le Professeur lui trouve un côté chasse aux sorcières – et des chats gros comme des petits renards. C’est bien jolie et on y est accueillis par un guide adorable à qui personne ne pose malheureusement de question. On est un peu triste pour lui mais on a pas très envie de se faire le tour guidé. On préfère meuhmeuhmer la musique de La Comté du Seigneur des anneaux.

20190824_112841

On dit au revoir et merci au gentil guide tristoune et on roule vers le deuxième très attendu point de notre parcours : Skogafoss. Une majestueuse chute d’eau de 60 m de haut et 25 m de large aussi connue pour être un des lieux de tournage de Game Of throne. En plus il fait beau, alors j’espère qu’on pourra y voir des arcs-en-ciel. Je ne parle que de ce phénomène qui m’émerveille durant les 50 minutes de trajet.

20190824_113854

Nous voyons la chute de loin et nous sommes accueillis par un merveilleux rayon de soleil qui dessine un fabuleux arc-en-ciel ! Je suis joie. Aux pieds de la chute, une jeune femme déguisée en Daenerys prend des photos dans le rideau d’eau. Le Professeur remercie un quelconque dieu nordique que je n’ai pas eu la même idée… On s’avance au pied en s’émerveillant du ballet des nuages qui font apparaître et disparaître les arcs-en-ciel. Et puis au bout d’un moment, on se dit qu’il fait beau, qu’il y a du vent, alors on pousse carrément jusqu’à aller jouer aussi dans le rideau d’eau ! On est trempé, le fracas est assourdissant et l’arc-en-ciel fini par faire un rond à nos pieds ! La joie ! Le bonheur !

20190824_124628

Pour sécher on décide de monter tout en haut. Comme disent les jeunes : j’en chie grave. Les marches sont géantes et puis ensuite toutes petites. Ça monte sévère et j’ai vite un point de côté. Ça me rappelle Montségur (coucou Armelle ! ) que j’avais dit ne jamais vouloir refaire alors qu’en fait, quand même, j’aimerais bien. Arrivée en haut je m’ assois le temps que mon cœur récupère ses esprits. Le Professeur fait comme si tout va bien mais je sais qu’il vient secrètement d’enlever une cigarette à sa routine de fumeur. C’est quand même ‘achement beau autour de nous et je comprends que certains y aient vu des pistes d’atterrissage à dragons.

La descente se fait mieux. Ça va plus vite ! Il est l’heure de déjeuner ! Après tout ça je commence à en avoir bien besoin ! On a le pique-nique dans la voiture mais Le Professeur a envie de se poser au chaud alors on fait le tour pour trouver le Skogar Street Food qui annonce une soupe d’agneau. Ça me dit bien. Devant le bouillon tout chaud et plein de saveur (Il a exactement le goût que j’espérais !) je suis comblée, les lunettes encore piquées de gouttes d’eau. En plus, ils vendent des timbres en quantité.

On file maintenant vers la plage de Solheimasandur pour voir la fameuse carcasse d’avion ! L’insta-copine Eléanord Rigby (merciiiiiiii milles fois pour tous tes conseils ! ) nous a prévenu : non seulement il faut beaucoup marcher mais en plus c’est un peu décevant. Mais Le Professeur a beaucoup insisté alors nous voilà parti pour une petite heure de balade au travers de… heu… rien. Vraiment rien. Autour de nous s’élève des dunes de sable noir à perte de vue.

20190824_152611

Ça vente sévère mais il fait beau alors ça va. La carcasse apparaît. On l’escalade. On la touche. On rentre dedans. On l’observe assis sur un rocher. Chacun y va de sa petite photo. C’est pas si extraordinaire et à la fois un peu. C’est quand même pas banal. On repart en coupant par les dunes. C’est pas vraiment un raccourci mais ça nous donne l’impression de marcher là où personne n’a encore jamais marché.

plane

En retrouvant la voiture on est fier de nous et on se dit que c’est une sacrée journée.

On file jusqu’à la pointe de Dyrhólaey qui marque le point le plus au sud de l’île. C’est aussi un des lieux de tournage de Game Of throne. C’est vrai que là aussi ça fait des belles pistes d’atterrissage de dragon. Au loin il y a la pointe rocheuse percée d’un trou qui rappel Etretat et devant nous, une petite île.

20190824_174339

D’habitude là, il y a du macareux à perte de vue. Malheureusement, ils sont repartis en haute mer, d’un seul coup, il y a quatre jours exactement ! Ils restent les mouettes. Pendant, que je regarde ces dernières danser au dessus des eaux j’aperçois quelque chose… Je n’ose pas y croire : Mais oui ! C’est bien ça ! Une baleine nous fait l’honneur de sa compagnie ! Nous la voyons apparaître, disparaître et souffler à un gros kilomètre de la plage. Vous connaissez mon sentiment : le bon endroit. Le bon moment.

Nous décidons de trouver un café où nous remettre de toutes ces émotions. Entre la voiture et la marche j’ai le dos lourd et les jambes qui flanchent un peu. Le vent nous a aussi bien abrutis. Je dis au Professeur que – peut être – ce soir, je vais faire couler le hot tub… après tout j’ai pas de baignoire à la maison et je fais pipi sous la douche (déculpabilisation oo)…

Devant un thé bien chaud je regarde où se trouvent les orgues basaltiques. En fait on était juste au dessus. Il est 19h. On a pas le courage d’y aller. On se dit qu’on en garde un peu pour une prochaine fois.

En repartant on se dit que c’est bien jolis ces montagnes qui ressemblent à des gros lézards endormis. On comprend que se soit un pays de légendes. Le Professeur me demande sur la route s’il y a toujours de l’activité. On a en tête le film Walter Mitty  et il me semble bien me souvenir d’un volcan actif il y a pas si longtemps. Je cherche un peu. 2010. Le Eyjafjallajökull.  Ça tombe rudement bien. Il nous domine de son lac glacé à notre droite. Sagement.

20190825_155243

On recroise les petites chutes d’eau qui avaient tant plu au Professeur a l’allée. Les moutons et les petits chevaux et on se dit qu’on reviendrait bien visiter le pays accompagnés.

Dans les pages de notre livre, l’apocalypse se précise.

De retour à notre cabane, il est 21h30. On dîne léger et on prend un dernier bain sous les étoiles.

Les lieux visités + infos pratique sur le séjour :
– Nous logions dans une cabane à Bláskógabyggð trouvée sur airbnb.
– Toutes les infos ici sur Hveravellir. On retournerait bien y planter la tente…
Les fermes de Keldur : C’est un petit stop à faire sur votre route, ne faites pas un trop gros détour tout de même.
– Skogafoss apparaît dans le premier épisode de la saison 8 de de Game of Thrones lorsque Jon Snow et Dhanaerys se posent avec leur dragon après leur arrivée à Winterfell.
– Solheimasandur et la carcasse d’avion : On ne peut plus atteindre la carcasse en voiture, il vous faudra marcher ou prendre la navette ( pas donnée) et en cas de mauvais temps vous battre pas mal contre les éléments.
– Dyrhólaey apparait dans la saison 7 quand Jon Snow retourne au delà du mur pour ramener un mort-vivant. Pour moi, c’est aussi là où a été tourné la petite video de Kit Harrington jouant avec sa cape dans le vent par Emilia Clark mais je ne trouve pas l’info. Nous y retournerons pour aller voir les orgues basaltiques. 

Les bonnes adresses :
Marché paysan de Fludir. Tout petit mais très bons produits.
Skogar Street Food pour se réchauffer après Skogafoss autour d’une bonne soupe d’agneau à pas trop cher.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s