Ecriture·Les bonnes adresses·Voyage voyage

Islande jour 1 à 4 : Reykjavik

Je vous fais ici une petite redif’ de nos dix jours en Islande. Nous y sommes allés du 15 au 26 août pour notre lune de miel. Je racontais nos aventures jours après jour sur instagram, les textes sont donc un peu brut de décoffrage. J’y ajouter des photos et vous pouvez retrouver les noms des lieux visités et les adresses en fin d’article. 

[Islande jour 1] Immersion de l’astronef :

Voilà, on y est. L’Islande.

Bon bon bon. Je dois vous dire que ce départ et cette arrivée ne nous ont pas vraiment plongés dans l’ambiance. Rien de bien grave mais de quoi repousser un peu les effusions de joie.

IMG_20190815_230212_894

Petite frousse au check-in : la dame ne me trouve pas dans son ordinateur après que nous n’ayons, nous même, pas trouvé nos réservations sur l’automate. Ahah, la bonne blague, on rit hein ? Pendant qu’elle me dit de pas m’inquiéter, me passe en tête que, peut-être, le site où on a pris les billets des mois plus tôt étaient pas sécure et que – Ahah on rit bien dites donc – peut-être, on va pas partir. En plus, j’ai mes aiguilles à tricoter dans mon bagage à main … Elle finit par me trouver (une histoire de nom incomplet qui pourtant est plus que complet sur tous les papiers présentés). Après ça, le fait que le sac du Professeur P. Convention soit totalement retourné et épluché par la sécurité ne nous inquiète pas plus que ça. C’est même devenu une habitude. Mon sac à moi n’est même pas ouvert, je moufte qued’ pour mes aiguilles.

Arrivés dans l’avion, je me mets à chantonner « le bus magique » parce que c’est l’effet qu’il me fait : C’est un bon gros bus volant. Étant placés au fond et au milieu, on est pas dérangés par la vue. À ma droite un peu devant, une nana passe son voyage le nez dans des vidéos d’elle-même sans un regard par le hublot. Je me console en matant Charlie Hunnam être couronné roi de Bretagne, en ignorant les trois gars de devant qui se jettent des pistaches, dès que les hôtesses de l’air ont le dos tourné. À côté de moi,  Le Professeur songe à une carrière de serial-killer, spécialisée dans les jeteurs de pistaches…

Partie en retard, nous atterrissons à 19h. Chez nous, il est plutôt 21h. On se dit que se serait bien de passer au duty free prendre une bouteille pour ce soir. Hyper-contents de nous d’y avoir pensé ! On repart avec un peu de bière, des gâteaux apéro et… de l’hydromel ! On passe à la caisse et… la note est grotesque ! Incompréhension totale : nos maigres courses nous coûtent le prix d’un très bon resto à Amsterdam. J’ai envie de pleurer de pas avoir bien regardé les prix… On ne nous y reprendra plus.

Direction l’appart. Nous ne savons pas trop ce qui nous attend : soucis du côté de notre hôte, il nous a changé de lieu quelques jours plus tôt. Sur les photos, il semble bien mais tout de même un peu plus ex-centré que prévu. Heureusement, dans le bus, on commence à prendre la mesure du paysage. Surtout quand un gros arc-en-ciel vient croiser des fumerolles au loin.

20190815_202321

Un coup de bus et un coup de taxi, nous voilà arrivés. L’appart est joli. David me passe du Johnny Flynn pour calmer mes angoisses. Nous chipons des pâtes dans le placard de notre hôte. Un hydromel et un épisode de Bob Ross plus tard et ça va déjà mieux. 23h ici mais 1h chez nous. Il est temps de se coucher. Vivement demain.

[Islande jour 2] Tell me :

Aujourd’hui on a découvert Reyk… Reiyka…. Rijkjiy… la capitale.

Ce matin j’ai ouvert un œil à 6h30 heure locale. 8h30 chez nous, on est vendredi, c’est mon heure. J’en profite pour poster la fin de l’épisode 22 de 38 ans sur instagram (texte intégral en vente – pas cher). C’est les vacances, alors je referme les écoutilles jusqu’à 9h30 (heure locale évidemment). La douche a des odeurs de souffre pour nous rappeler où nous sommes. C’est rigolo.

Le soleil brille et je trépigne à l’idée d’aller voir la ville. Tout le monde nous l’a dit, c’est pas ce qui va le plus nous séduire ici, mais j’ai des priorités : je veux voir comment se porte le livre. Et acheter un roulé à la cannelle… voilà, je suis une libraire française type. Je veux des livres et de la bouffe.

IMG_20190817_111319_288

Habitude amstellodamoise : nous n’avons pas de cash sur nous. Le chauffeur du bus nous dit que tant pis, on payera le prochain. C’est fort urbain. Il nous dépose devant l’opéra qui scintille entre le bleu et le rose sur fond de mer et de volcan. C’est bien joli. On remonte dans les petites rues à la recherche de Roaster Reykjavik. La ville est entre le très neuf et le très usé. On ne s’extasie pas mais il y a à voir. Ici, un ancien hôpital pour les marins français, là un tag étale sur le pan d’une maison un texte sur les droits des femmes.

20190816_120831

Roaster Reykjavik sert du kombucha local à la pression (petite pensée pour Enguerrand) et passe des vinyles. L’Islande et moi on commence à se comprendre (même si ce jour là ils sont à cours de cinnamom bun… ).

Je traîne ensuite Le Professeur dans toutes les petites rues alentours. Nous trouvons trois librairies qui chacune nous enchante à sa façon.

 La première que nous croisons est un bric-à-brac un  peu caché qui ne vend que de l’occasion. Le libraire lit un livre en chaussettes, les pieds sur le comptoir. Je me dis que je devrais moi même adopter ce style à l’avenir. Il est tout à fait sympathique et se lève pour me trouver un Alice Au Pays Des Merveilles caché dans ses bouquins jeunesse. Il me sort la version Disney. Soit. Comme elle est en Islandais, et coûte 3 sous, je la prends. En sortant, je confie à l’amoureux que j’étais surtout bien curieuse de savoir si le bonhomme connaissait son stock. Oui.

20190816_134443

Les deux autres librairies font café. Mál og Menning est très complète et j’y vois quelques chouettes bandes dessinées traduites dont Lou de Julien Neel et le très bon Louca de Bruno Dequier. Les Moomins et Tove Johnson sont partout ! Un peu plus loin IDA est plus indé, plus proche du concept stop sympatoche que de la librairie,  avec quand même de jolies éditions en Islandais et en anglais. Le café offre une chouette terrasse. On se promet d’y revenir demain si le soleil (16°) se maintient.

20190902_113607

Nos estomacs grondent et nos yeux tombent sur un panneau vantant les moules islandaises. Vendu. Le restaurant s’appelle Bistro et est tenu par des français. C’est pas dans nos habitudes de traquer l’expat’ mais le fruit de mer oui. Pas de regret. L’endroit est charmant et les moules – islandaises – délicieuses.

20190816_150438

On navigue au hasard dans les rues. J’aime bien. Les baraques sont aléatoires et entre deux rues, on voit soit la mer et ses volcans, soit la grande église. Reykjavík a quand même de la gueule.

En fin d’après-midi on fait nos courses dans un Bonus. J’ai une pensée pour les français qui ne savent pas combien nos supermarchés sont quand même vraiment fous… dans le bon comme dans le mauvais sens du terme.

J’achète un roulé à la cannelle chez Braud & co pour demain matin. On s’arrête un peu pour regarder les pâtissiers patisser et c’est très satisfaisant. Devant les découpes géométriques, Le Professeur songe à une carrière de découpeur de croissants de l’après-midi.

20190816_132305

 On passe aussi dans un magasin d’alcool toujours à la recherche d’hydromel. Raté, il n’y en a pas. Mais le vendeur dit qu’il sait où en trouver. Du tac-o-tac Le Professeur P. Convention lui répond : « Tell me. » On dirait le début d’une quête secondaire d’un jeu vidéo. On file donc au Brewdog voir « le gars du gars ». La quête se finit là : on ne trouvera sur l’île que les petites bouteilles à la cerise et à la myrtille achetées un rein à l’aéroport. Maintenant, on sait.

On finit la journée au soleil sur la terrasse de notre appart. Je découvre l’écriture de Pierre Loti dans son Pêcheur d’Islande et ça me plaît beaucoup. Le vent et la marche nous ont bien cassé. On dîne petit. Je pense que le sommeil va être bon. Avant de dormir l’amoureux me dit « Vivement demain. »

[Islande jour 3] Be pride :

Pfiou.

Aujourd’hui va être un peu compliqué à raconter. Comment poser des mots pour parler des petites filles aux visages colorés qui dansent sur le char de tête. Des canons de confettis qui éclatent à tous les coins de rue. Des plus jeunes et des plus vieux défilant avec fierté. Des sourires à paillettes partout. Des nôtres aussi, de marcher sur la route arc-en-ciel et de nous sentir au bon endroit, au bon moment. Non, vraiment, mes mots ne seraient pas assez colorés, assez beaux, assez vrais pour dire combien nous étions heureux d’être là.

IMG_20190817_225528_876

Oui, voilà ce que j’avais envie de dire de cette journée. Oh et aussi qu’on est repassé chez Braud & Co parce que j’ai élu leur roulé à la cannelle meilleur de toute ma vie.

Et demain ? On attrape la voiture et on sort de la ville. C’est le début de l’aventure avec un galop d’essai vers le cerle d’or 🙂

[Islande jour 4] Sauf que solénoïde c’est dans le dictionnaire :

Une journée en mode rollercoaster mais qui se finit bien.

Et bha ça partait pas des masses bien cette histoire.

Déjà on devait aller au Blue Lagoon. Tout le monde nous avait dit : ouais bof mais on est têtu. Sauf qu’hier soir, on s’aperçoit qu’il faut réserver et vous imaginez bien… Un dimanche en pleine saison, les cocktails nous passent sous le nez. Je suis déception. Cependant de bonne composition, on se dit : c’est pas grave. Journée tranquillou avant de partir à l’aventure lundi. On va juste passer l’aprem’ sur le cercle d’or et pis c’est tout bien comme ça.

13h, on se pointe pour récupérer la voiture. La dame nous dit qu’on peut pas (problème de carte), je rattrape Le Professeur P. Convention qui manque de s’évanouir. Je sors ma carte française. La dame dit toujours non. Je suis à deux doigts de me rouler en boule. Elle nous dit qu’avec une grosse somme tout s’arrange. Il n’y a pas de grosse somme sur ma carte. Le Professeur respire difficilement. Je persiste : y a forcément une solution. Elle nous trouve mignons et elle nous dit qu’elle va faire de la magie pour nous. On récupére la voiture. Rollercoaster émotionnel.

Direction Geysir. 1h30 de route. Le Professeur trouve que j’ai jamais été aussi silencieuse en 15 ans. Je vous épargne mes araignées au plafond mais sur le coup ma positive attitude en avait pris un coup. Ce que je peux vous dire c’est que faire un premier gros voyage – Je n’ai jamais été aussi loin de toute ma vie – c’est en venir aussi vite à se dire que tu l’as pas assez préparé, qu’à t’émerveiller de tout. Alors quand le geyser a fait son premier show, je vous laisse imaginer mon cri de joie. En un jet d’eau, il avait effacé mon air brouillon. On a pris plein de photos cuculs en montant tout en haut et on s’est dit qu’on était pas trop mal, là.

20190818_163801

Ensuite, on est allé s’émerveiller sur la cascade de Gulfoss. Le temps s’est couvert sur la route alors pas d’arc-en-ciel pour nous mais le spectacle est quand même bien chouette. Le Professeur en est adorablement tourbillonné et, en faisant d’autres photos cuculs, on se souhaite un bon anniversaire de mariage.

20190902_114014

Avec toutes ces histoires, on était un peu tard dans la journée alors on décide de rentrer sur Reykjavík pour manger de l’agneau. Magie de la journée, le GPS décide qu’on ne peut pas ne pas passer par le parc de Þingvellir et nous emmène en balade. C’est la golden hour, la lumière est dingue, l’amoureux finit par s’arrêter pour qu’on puisse aller voir le lac. On tombe sur des pêcheurs un peu surpris de nous voir débarquer. Tout est silencieux. Le lieu est magique.

20190818_204410

Quand on reprend la voiture, on sait qu’on arrivera trop tard pour le resto. Tant pis, ça en valait le coup ! On est pas déçu pour un sous d’avoir échangé notre agneau contre l’heure du dodo des canards  dans le parc. On change nos plans : on fait la course avec le soleil pour le voir se coucher du côté du phare sous les conseils de Madeleine (merci). Sur le chemin, je fais la lecture au Professeur qui découvre la fin de 38 ans. On est bien.

On arrive au spot indiqué. On est tout seul et le soleil disparaît à l’horizon. Hors de question de rater l’occasion : je me glisse dans le petit bain de pieds chaud offert par la nature. J’en ai les yeux qui piquent tellement tout est parfait. Ou alors c’est le vent et le froid.

On regarde le soleil décliner et tout content on rentre manger des pâtes au beurre en regardant l’itinéraire de demain.

IMG_20190819_122328_514

Les lieux visités + infos pratique sur le séjour : 
– Nous dormions dans le sud du quartier de Haaleiti. Nous sommes passés par Airbnb. Nous étions dans un quartier très résidentiel, calme, bien desservi par les bus (plusieurs lignes). Prévoir de l’espèce pour le bus. Ils ne prennent pas la carte et ne rendent pas la monnaie. Le ticket pris dans le bus coûte quelque chose comme 3€60 (500 ISK) et est valable une heure.
– Nous avons loué la voiture avec cette compagnie : https://www.geysir.is/ Nous nous y étions pris un peu tard alors c’est peut-être pas la compagnie la moins chère mais ils nous ont été d’une grande aide et nous avons récupéré et rendu la voiture dans le sous-sol de l’Harpa. Bien pratique.
– L’opéra face à la mer : Harpa, Austurbakki 2, 101 Reykjavík, Islande.
– Le Cercle d’or désigne Geysir qui a donné son nom au phénomène du geyser, la chute d’eau Gulfoss et le parc naturel Þingvellir. Se sont des lieux très proches de la capitale qui brassent beaucoup de monde mais qui pour moi restent à faire.

Les bonnes adresses :
Roaster Reykjavík : Pour un kombucha à la pression ou un café ( amené votre tasse ! ) avec une patisserie dans un endroit branché, Kárastígur 1, 101 Reykjavík, Islande.
Bokakjallarin : Librairie d’occasion où trouver des livres en islandais et en français à coté d’une super galerie, Laugavegur 29b, 101 Reykjavík, Islande.
Mal Og Menning : Très grande Librairie café de Reykjavik, vous y trouverez tout ce que vous voulez en anglais et en islandais, Laugavegur 18, 101 Reykjavík, Islande.
IDACafé librairie concept-store, coup de coeur pour moi, Grófin, 101 Reykjavík, Islande
Bistro, restaurant français vraiment très sympa, prix correcte pour le pays,  Laugavegur 12, 101 Reykjavík, Islande
Braud & Co, meilleur roulé à la cannelle de ce que je connais de ce monde !!!!, 16, Frakkastígur, 101 Reykjavík, Islande
Brewdog, pour des super bières, de très bonnes frites et une équipe sympa, Frakkastígur 8, 101 Reykjavík, Islande

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s